Archives de Catégorie: Technologies

Economie sociale

En tant que D&IM, vous êtes certainement encore aujourd’hui très interrogateur pour votre entreprise sur les risques et opportunités des réseaux sociaux.

image Le mois dernier, en Juillet 2012, le McKinsey Global Institute (MGI) s’est interrogé pour vous. Dans son étude: ‘The social economy: Unlocking value & productivité through social technologies’ elle a fait le point en se demandant comment créer de la valeur avec les Technologies Sociales.
Avant de révéler quelques-unes des bonnes nouvelles de ce rapport d’étude, rappelons ce que l’on entend aujourd’hui par Technologies Sociales. Ces dernières couvrent des technologies de l’information aux noms et principes variés suivants: Réseaux sociaux, Blogs et Microblogging, Evaluateurs et comparateurs, eCommerce social, Wikis, Forums de discussions, Espace co-opératifs, Espace de crowdsourcing, Jeux sociaux et Sites de partages.
C’est en analysant le contenu de (et entre) ces différentes technologies (Social analytics) que MGI met en évidence dix façons de générer de la valeur pour l’entreprise:
1- Co-création de produits;
2- Prévoir et gérer à partir des informations sociales;
3- Exploiter les informations sociales pour optimiser les processus d’activité;
4- Tirer des enseignement des clients;
5- Utiliser les technologies sociales pour les interactions marketing et communication;
6- Générer et favoriser les contacts commerciaux;
7- Commerce social;
8- Fournir des services clients via les technologies sociales;
9- Exploiter les technologies sociales pour améliorer la collaboration et la communication inter et intra-organisation;
10- Exploiter les technologies sociales pour mettre en adéquation les talents et les activités.

image L’étude de MGI mérite que les D&IM passent du temps à son analyse pour mesurer l’écart entre la situation actuelle de leur entreprise et la situation à atteindre et à proposer à la direction générale.
1,5 milliards d’utilisateurs des technologies sociales méritent que l’entreprise s’y attarde n’est-ce pas ?
28 heures par semaine en recherche d’information, réponse à des emails et à de la collaboration interne… Ne peut imaginer que quelques-unes de ces heures soient plutôt en interaction avec les prospects et clients externes ?
Et même si MGI explique, après une analyse très fouillée et riche d’enseignement, que l’on est au tout début de la compréhension des apports des technologies sociales, gageons que pour en tirer le pleine puissance, il est urgent de s’y intéresser dès à présent pour se créer une expérience utile aux décisions stratégiques de demain.

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Identité numérique

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’est votre identité numérique ou celle de vos collègues ou de vos proches ?

image Cette étude impressionnante conduite par Adeline Lory de Pole Documentation va vous aider à répondre à cette question.

image Elle a recensé pour vous les outils de recherche d’information sur des personnes dans un livre blanc pour la recherche:
– de personnes: pas moins de 27 sites de recherche que vous pouvez immédiatement exploiter;
– de photos
– d’information sur annuaires inversés;
– dans des réseaux sociaux:
image
– de CV en ligne;
– d’adresses email;
– d’adresses IP;
– d’ancêtre, d’amis et proches…
Autant d’outils permettant de mesurer clairement une e-Réputation.

Les D&IM pourront faire bon usage… modéré… des conseils et outils mis à disposition.

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Votre voix peut vous trahir !

vocal Si dans votre entreprise, vous croisez quelqu’un qui parle à un ordinateur, il est peut en train de trahir des secrets que vous concurrents sont en train de chercher…
On sait qu’une conversation téléphonique peut faire l’objet d’une écoute sur demande d’un juge d’instruction. On sait aussi que certains pays pratiquent l’écoute des conversations téléphoniques dans un but d’espionnage industrielle.
En revanche, on ne sait pas toujours que de demander à son ordinateur de réaliser une reconnaissance vocale d’un texte que l’on dicte oralement peut s’avérer une source d’information fort utile à ceux qui disposent des ordinateurs de traitement.

iphone-hardware-20101130 Ces interfaces de saisie vocale ont été popularisées par l’Apple ’iPhone 4S ou l’iPad et son iOS 5.1 qui offrent avec la technologie Siri, des capacités étonnantes de saisie de textes à partir de la parole.
nc_018121 Nuance est certainement le premier à avoir popularisé la reconnaissance vocale avec “Dragon Naturally Speaking”, un logiciel sans égal pour la saisie automatique.

De son côté, le grand Google vient de mettre en ligne la version béta de son interface vocale (API Speech Input de HTML5). Avec cette nouvelle fonctionnalité, il suffit de parler à l’ordinateur pour qu’il interprète la reconnaissance de ce qui est dit, sous la forme de texte ou de commandes.

Si le logiciel de Nuance peut être utilisé de façon très personnelle, il n’en est rien des interfaces d’Apple ou de Google qui transmettent la voix à des serveurs de reconnaissance avant de retourner le texte reconnu.
Dès lors que la parole est exportée vers les serveurs d’interprétation, rien ne permet d’avoir la certitude que personne ne va faire usage du contenu reconnu. C’est là que la faille de sécurité est très clairement présente.

21730612_260 La société IBM a pris conscience du danger et vient d’interdire l’utilisation de tels interfaces vocales. Elle a notamment verrouillé l’accès à ces technologies à partir de ses serveurs empêchant ainsi à ses employés tout usage de la reconnaissance vocale.
Les D&IM seront certainement inspirés d’en faire autant tant que les technologies de reconnaissance vocales de type Cloud présenteront de tels faiblesses de sécurité.
Attention, aussi à l’avenir à ce que vous direz dans votre voiture, car Nuance vient d’annoncer “Dragon drive” pour le contrôle, la navigation et le divertissement au sein des automobiles…

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Clickable Paper: l’information dans les documents

A la Drupa, Ricoh va certainement créer l’événement avec la démonstration de sa technologie nouvelle  »Clickable Paper”.
image Imaginez un peu qu’avec votre iPhone, vous photographiez une vue d’un article ou d’une photo dans un journal et qu’en retour votre iPhone vous propose des liens vers des informations complémentaires… C’est exactement ce que vous propose cette nouvelle application sans que le moindre code barre ne soit présent ou que le fond ou la forme de l’article ou de la photo n’aient été changés.
Je vous propose de découvrir ce nouvel usage grâce à une vidéo du ‘Clickable Paper’ réalisée par les laboratoires de recherche de Ricoh:

Regardez maintenant comment ces zones ‘clickables’ sont créées sur les documents:

Pour en découvrir plus, rendez-vous sur le stand Ricoh de la Drupa car vous vous posez déjà beaucoup de questions, n’est-ce pas ? 
Ricoh Production Print Solutions vous présentera cette nouvelle technologie qui a le potentiel pour changer la vie des de nos D&I… et celle des D&IM par la même occasion.

En tant que D&IM, nous voilà face à un nouveau challenge car comment identifier, contrôler, classer, archiver…  une information ‘invisible’ a priori ?
Vos idées sont les bienvenus en commentaires à cette brève introduction.

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

La lettre recommandée dématérialisée, enfin !

image Si on pouvait envoyer une lettre recommandée en ligne depuis Mai 2004, il aura fallu attendre Mai 2012, pour que celle-ci ne soit plus nécessairement imprimée pour être remise à son destinataire tout en conservant sa valeur légale.
Avant de bénéficier de ce nouveau service de LA POSTE, il vous faudra crée uneimageCette opération vous conduira à vous identifier pour provoquer la venue de votre facteur qui vous identifiera afin de garantir l’authentification forte nécessaire à vos prochains envois et réception de lettres recommandées. La conformité au décret de février 2011 relatif à la Lettre Recommandée est ainsi assurée.
Vous devrez ensuite procéder à une inscription sur le site de la

image

Les inscriptions sont fastidieuses mais l’enjeu est d’intérêt même si vous risquez comme moi d’être un peu étonné, pour ne pas dire plus, de constater que la lettre numérique est au même prix que la lettre papier… On s’attendait à mieux…
Pourtant après quelques secondes, on pense aux investissements à couvrir pour ce nouveau service et surtout, on s’interroge sur l’avenir de notre facteur préféré. Et si son emploi était en cause à terme ?  On a pu observer les dégâts du numérique sur la presse papier. Qu’en sera-t-il de l’impact de la lettre recommandée entièrement numérique ?
On peut admettre dès lors que le prix reste inchangé d’autant que le prix n’est plus lié au poids et que l’on peut donc associer plusieurs pages et des photos à sa lettre recommandée sans payer de surcoût comme pour le papier. Gageons aussi que d’ici quelques temps, les prix chuteront pour faire face aux autres organisations qui proposent et proposeront une lettre recommandée dans des conditions identiques.

image Les D&IM tireront profit des avantages de la Lettre Recommandée numérique pour leur organisation en contactant le service client de La Poste pour une inscription personnalisée. On n’imagine pas que le succès ne soit au rendez-vous de ce nouveau service quand on sait combien le traitement des accusés de réception est pour nombre d’utilisateurs une tâche très fastidieuse. Rappelons aussi que le service est ouvert 24h/24 et 7 jours sur 7. Alors ceux qui, en urgence sont allés au cœur de Paris à la Poste du Louvre pour un pli contraint par le délai…Apprécieront.

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Papier électronique

Il va falloir très prochainement que les D&IM se préoccupent d’un nouveau média, l’affichage sur papier électronique.
Si on en juge par le succès de l’iPad d’Apple et sa percée en entreprise, il est certain que le papier électronique va décupler les possibilités d’affichage mobile au sein des entreprises.
LG Papier ElecEn effet, LG a annonce que le mois prochain elle sera en situation de produire pour le marché européen, des EDP (Electronic Paper Display) 15 cm pour l’affichage noir et blanc en 1024 x 768 pixels.
Basé sur la technologie e-ink, l’afficheur flexible de 0,7 mm est fin, léger, pour un poids de 14 grammes, inclinable à 40° et ne nécessite pas d’alimentation une fois rafraîchi.
Ce type d’affichage se généralisera dans la décennie et l’on peut penser qu’ils faciliteront grandement les activités de consultation mobile, de gestion des documents d’activité (Records Management) et DLM au sein des organisations. 
Les D&IM trouveront ainsi dans le papier électronique un nouvel allié technologique pour que les entreprises répondent à leurs exigences métiers.

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Travaux GIS-DON

Nous assistons à l’explosion des capacités des "data center" cependant un double constat est maintenant posé:
– Une consommation énergétique dont la croissance ne peut plus être assurée pour l’avenir,
– Une mauvaise utilisation des capacités due, entre autre, à l’absence en amont, d’une gestion pertinente des données ou des documents.
Il existe pour l’archivage longue durée, d’autres solutions que le stockage dans des baies.

Le GIS DON (Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Disques Optiques Numériques) est un pôle de recherche qui a trois objectifs :
* améliorer notre connaissance des phénomènes physico-chimiques intervenant dans le vieillissement des disques optiques,
* améliorer la caractérisation de l’état d’un disque gravé,
* étudier de nouveaux procédés technologiques applicables aux disques optiques permettant de garantir l’intégrité et la pérennité des informations.

Une journée de présentation des travaux du GIS DON a été organisée à Paris le 17 Novembre 2010. 
Les résultats sont étonnants et peuvent aider précieusement les responsables de systèmes d’archivage. Au-delà des résultats, les experts du GIS DON regrettent l’absence de coopération des industriels du domaine. Elle aurait permis d’obtenir plus rapidement des résultats plus fins.
Les résultats présentés avec rigueur, peuvent conduire à une mauvaise interprétation sur la qualité des DON, mais selon l’affirmation d’un expert du LNE, la situation des autres technologies est encore moins bonne. Nous attendons, avec impatience des études comparables sur les autres médias.

Pour accéder aux résultats :  http://www.lne.fr/fr/r_et_d/gis-don/conservation-donnees-numeriques-gis-don.asp

Pour le groupe D&IM
Gérard Godart
Concept Doc