Archives de Tag: Classifier

règles et process : oui, mon référentiel !

image Un article d’Archimag nous en dis plus sur l’importance du référentiel auquel la fi-D&IM accorde beaucoup de valeur.

La mise en place de règles et de processus clairs, répondant au périmètre et aux objectifs d’un plan de gouvernance documentaire établi en amont est indispensable.

image Philippe Blot-Lefèvre, vice-président de la Fédération internationale des D&IM (fi-D&IM), évoque la nécessité d’un tel référentiel:
« Lorsque nous avons créé la fi-D&IM, nous sommes partis d’une question simple : qui est le porteur d’une conformité réglementaire ? C’est le document. Et qui en est le responsable ? C’est celui qui l’écrit, le signe, l’envoie, l’archive… Bref, tout le monde. Et si tout le monde est responsable, alors personne ne l’est vraiment.
Une telle situation risque d’entraîner une situation de dominos sur les responsabilités. Et plus cette responsabilité est retardée, plus elle risque de coûter cher
».
C’est pourquoi tout référentiel de conservation doit passer par un plan de classement, lequel trie et ordonne l’ensemble
des documents selon leur provenance (liée à l’activité) et la responsabilité qu’ils tracent.

« Une bonne gouvernance passe par un positionnement de ces six modules dans l’organisation et au sein même de ses différents services, poursuit Philippe Blot-
Lefèvre, car un document fonctionnel lié aux ressources humaines sera différent, par exemple, d’un document fonctionnel concernant la relation client
».


Philippe BLOT-LEFEVRE
Risk Manager de l’Information

Trouver des outils pour chercher !

urfist L’Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique, URFIST de Bretagne et des Pays de la Loire, a trouvé et recensé de nombreux outils pour chercher sur le Web.
D&IM de toutes organisations, visitez le site de l’urfist en cliquant
ici et utilisez plus de 80 outils spécialisés pour différentes types de recherche sur le Web: Recherche de blogs, Recherche d’actualités, Recherche dans twitter et le micro-blogging, Moteurs de recherche en temps réel, Recherche dans les réseaux sociaux, Moteurs participatifs, Recherche de livres, Recherche d’images, Recherche de vidéos, Recherche de sons, Recherche de fichiers, Recherche de diapositives, Recherche d’archives du web, Recherche de données, Recherche de personnes, Moteurs personnalisables.
Bonnes recherches !

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Le besoin d’architectes de l’information

image Dans une vidéo “You Tube”, Jean-Michel Salaün, chercheur au Colligium de Lyon (IEA) et professeur à l’Université de Montréal, propose une théorie du document qu’il illustre concrètement en expliquant les succès d’Apple, Google et Facebook.

Il nous livre un point de vue éclairé que nous résumons ci-après en quelques mots.
“Le document est un objet, matériel ou électronique, sur lequel est consigné de l’information… Un Record en anglais. Pour autant Forme et contenu ne suffisent pas à définir un document qui doit avoir un statut, une fonction: Transmettre et Prouver.
Roger Pédauque (un collectif de chercheurs) a proposé de représenter le document sous trois dimensions: Forme, Contenu, Medium; ce que Jean-Michel Salaün résume par trois participes passés: Le Vu, le Lu et le Su.
Vu: Le document est repérable par sa forme;
Lu: Le document doit pouvoir être compris par l’interprétation du cerveau;
Su: Le document est partagé et fait partie de la mémoire collective.
Ces trois dimensions sont inter-dépendantes et offrent une Grille d’analyse tridimensionnelle des entreprises du Web.”

Nous vous laissons consulter la vidéo pour en savoir plus.
Les D&IM ne doivent absolument pas manquer cet éclairage expert, relatif au Document, proposé par Jean-Michel Salaün.

Jean-Louis De La Salle
Consultant
Vice-Président XPlor

Propos sur les SI Décisionnels

image

Quelle bonne idée de Michel Bruley que de réunir au sein d’un même ouvrage des articles publiés sur différents sites communautaires qui sont tous centrés sur les Systèmes d’Informations Décisionnels.
Le parcours de lecture nous conduits à découvrir les thématiques suivantes:

Chapitre 1 – Infocentre et système d’information décisionnel
Chapitre 2 – Système d’information décisionnel : à quoi cela sert-il ?
Chapitre 3 – Système décisionnel et fonction marketing
Chapitre 4 – Apports d’un SID aux diverses fonctions
Chapitre 5 – Management du Système d’Information Décisionnel
Chapitre 6 – Cas remarquables

Les D&IM trouveront dans ce livre une source d’inspiration de grande valeur. Ils pourront découvrir méthodes et bonnes pratiques appliquées au données et applicables au documents.
Bonne lecture en cliquant ici

Jean-Pierre BLANGER
Membre Aproged et Clusif
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

KPMG justifie le DLM par une étude

image Une statistique réalisée par KPMG, publiée par le Journal du Net, révèle que  30% des pertes critiques d’informations de l’entreprise sont imputables à la négligence (terme élégant pour parler d’irresponsabilité) des collaborateurs de l’entreprise.

Considérant que la gestion du droit d’usage (DLM) organise le consentement de l’utilisation des informations par les collaborateurs, c’est un tiers de ces pertes que le Digital Legal Management éradique.

La tendance est à l’aggravation : KPMG précise qu’au cours du premier semestre 2010, la malveillance interne a augmenté de 21% ; plus que le vol d’ordinateurs (15%), le piratage (12%) ou le vol de supports amovibles (10%) (Source: Le Journal du Net) .

Considérant que les systèmes de sécurité n’agissent pas sur l’attention et la responsabilité individuelle sans entraver gravement les performances individuelles, les D&IM (Document & Information Managers) doivent entamer sans tarder la démarche d’une classification et du marquage du droit d’usage des documents et informations qui circulent en interne et avec les partenaires.

Philippe BLOT-LEFEVRE
Consultant DLM (Digital Legal Management)
HUB2B DLM SARL