Archives de Tag: Identité

Charte du droit à l’oubli

image Le 13 octobre 2010, Madame Nathalie Kosciusko-Morizet – Secrétaire d’Etat chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique, signe avec quelques acteurs de l’économie numérique la Charte du droit à l’oubli.
Cette signature conclue un travail de concertation engagée en novembre 2009 et engage les signataires à:
– Favoriser les actions de sensibilisation et d’éducation des internautes par:
. la mise en œuvre d’action de pédagogie,
. l’affichage clair sur la page d’accueil de leur site Web d’un lien vers leur politique de protection de la vie privée et
. Fournir dès la collecte des données concernant les internautes, une information claire sur la durée de conservation et les modalités d’accès et d’opposition de celles-ci.
– Protéger les données personnelles de l’indexation automatique par les moteurs de recherche;
– Faciliter la gestion des données publiées par l’internaute par:
. L’accès à la visualisation des données connues de l’internaute,
. La possibilité de suppression de l’enregistrement et
. L’information de l’internaute quant au opérations menées.
– Adopter des mesures spécifiques d’information pour les mineurs;
– Mettre en place un outil de signalement ou un bureau de réclamations;
-Transférer les données dans les mêmes conditions de protection en cas de transfert vers un prestataire tiers.

Il va de soi que les recommandations de la Charte du droit à l’oubli dans les sites collaboratifs et les moteurs de recherche constituent des avancées en matière de protection des données personnelle et qu’à ce titre le D&IM doit veiller à leur application dans son organisation.

Jean-Pierre BLANGER
Membre Aproged
Directeur R&D Ricoh

Publicités

Informatique, Libertés, Identités

Le Président de la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération ) Daniel Kaplan nous alerte dans son dernier livre « Informatique, Libertés, Identités » chez Fyp Éditions: Nous avons fort à apprendre de notre propre vie privée à partir des données que possèdent de nous et sur nous, les entreprises. L’inquiétude est justifiée et une fois de plus, la sécurité informatique sera impuissante face à ce nouveau risque (avéré).
Pour éviter une telle atteinte à la liberté et ses conséquence incommensurables à la fois sur la vie privée des individus et sur la responsabilité (civile ou pénale) des gouvernances d’entreprises, le D&IM doit se rendre compte de deux aspects de la question :
1/ On n’arrêtera pas le Cloud Computing car on n’arrête pas le progrès,
2/ Le Cloud Computing va très naturellement et rapidement parvenir à réaliser la syndication, en temps réel, de nos données personnelles éparpillées chez nos fournisseurs.
Seule la gestion du droit d’usage de nos données (DLM = Digital Legal Management) nous évitera, sinon la constitution de telles syndications, l’utilisation des données sources, des données syndiquées et des données calculées.

Philippe BLOT-LEFEVRE
Consultant D&IM
Expert en droit d’usage du numérique
Conseil en Digital Legal Management

LA POSTE au Wine & Business Club Paris

Une soirée pour se poser la question: ‘Peut-on réellement faire confiance à l’Internet ?”
Une table ronde proposant les points de vue d’experts avisés que sont:
imageNicolas Routier, Directeur Général du Courrier et Président de Sofipost, Groupe La Poste

imageDaniel Kaplan, Cofondateur et Délégué Général de la Fondation pour l’Internet Nouvelle Génération

imageJean-Pierre Buthion, Président de la commission identités de l’Acsel

imageThomas Lot, Président The Official Board

Sans faire le compte-rendu détaillé des débats, reprenons quelques propos clés des intervenants.
M. Routier nous fait part du besoin d’un espace privé sur l’internet et de sa certitude de l’existence prochaine ‘d’un continent de l’internet de confiance’. Il laisse ensuite la parole à M. Kaplan. Celui-ci insiste sur l’explosion des usages de la confiance et nous interroge: ‘Qui à un problème de confiance ? Vous !’. Il rappelle en effet que nous sommes au prise à une crise de confiance générale. Politique, Institutions, Scandales de grandes entreprises,… contribuent au quotidien à alimenter cette crise. En revanche il précise qu’entre individus, la confiance est généralement présente et que sur internet, les transactions entre entreprises et les réseaux sociaux d’individus sont le lieu de création de communautés de confiance. Il termine en signalant que l’acronyme VRM (Vendor Relationship Management) est selon son analyse la clé de ce débat. En travaillant le VRM et plus particulièrement en tentant d’accroître de quelques ‘crans de confiance’ la relation, il prédit que les organisations et les communautés gagneront en volume d’activité et de fréquentation.
Ensuite, M. Buthion nous précise que la confiance sur internet est basée sur la sécurité. D’ailleurs, l’ACSEL (Association de l’Economie Numérique) dont il est un membre actif, cherche à construire une ‘Vie numérique responsable’ en mettant en évidence les moyens à mettre en opposition au langage anxiogène qui tend en permanence à mettre en avant les problèmes de piraterie du Net. Il insiste évidemment sur la notion d’identité et insiste sur le fait que la technologie est disponible pour assurer la confiance dans un référentiel identique pour tous en termes d’eCommerce, de Collectivités locales et de relations B2B.
Enfin, M. Lot, grand praticien du Web, met en évidence le fait que l’internet est un terrain de rencontre entre inconnus avec des règles. Il rappelle que les grands succès du Web, repose en outre sur la transparence des règles et sur la modération des relations par les utilisateurs eux-mêmes.

Tous ces éclairages d’une grande clarté et d’une grande précision, sont suivis de questions qui mettent quelques autres aspects en évidence. On entend par par exemple, que la piraterie est finalement négligeable comparativement au volume d’affaires traités par ceux qui en sont les victimes. On est aussi mis face à la question de la mobilité qui impose la simplification des moyens techniques de protection qui ne doivent pas pour autant perdre en efficacité.

En résumé, une conférence très relevée et de qualité à laquelle les D&IM regretteront certainement de n’avoir pu participer.
Un éclairage cher au site du D&IM manque cependant à cette table ronde sur la confiance dans l’internet, il s’agit de celui du DLM (Digital Legal Management). En effet, la confiance a été abordée par les angles de vues de la Sécurité, de l’identité, des règles appliquées, de la communauté et de l’usage, il n’a pas été évoqué la notion du risque de celui qui fraude. Ce risque a été effleuré par l’intervention de M. Lot relatif à la modération par les utilisateurs eux-mêmes. Pourtant, il nous apparaît essentiel dans la confiance de l’internet de rappeler que le risque du pirate est le principal gage de confiance au-delà de l’empilement des sécurités et des règles de gestion des identités. Pour être bref, il est dangereux pour le faussaire partout dans le monde de faire de faux billets, n’est-ce pas ?  Il faut dont pour l’internet de confiance qu’il soit dangereux de faire de la piraterie numérique. Ce n’est pas encore le cas mais il faudra qu’il en soit ainsi pour que le ‘continent de l’internet de la confiance’ attendu prochainement par M. Routier, devienne réalité.

Jean-Pierre BLANGER
Membre Aproged
Directeur R&D Ricoh