Archives de Tag: Restitution

Coffres-forts Numériques associés

image L’Association pour les Coffres-Forts Numériques (A-CFN) regroupe les acteurs : Adminium, Coffreo, E-coffrefort, E-factures, E-folia, Home-Bubble, La Poste (Service Digiposte), MyArchiveBox, Novapost et Xambox.

Visant à favoriser l’usage des coffres-forts numériques, l’A-CFN vient d’imposer à ses membres, le respect de la charte en sept points, suivante:

  1. Assurer la confidentialité des données des utilisateurs
  2. Garantir la non exploitation des données des utilisateurs sans accord préalable
  3. Sécuriser et protéger l’accès aux coffres-forts numériques
  4. Héberger les coffres-forts numériques sur le territoire de l’Union Européenne
  5. Garantir la conservation et la non altération des données confiées
  6. Garantir la libre restitution des documents confiés
  7. Supprimer le coffre-fort numérique et son contenu sur demande de l’utilisateur

Gageons que ces premiers engagements seront suivis par de nombreux autres, car les D&IM savent que ce qui est proposé ici, est bien le minimum que l’on puisse attendre des sérieux membres de l’association.

Pour autant, restons patient tout en encourageant vivement cette initiative car mettre dix sociétés autour d’une table dans le but de produire un texte commun n’est pas une mince affaire. J’ai de nombreuses fois conduit de telles réunions et… Bravo ! Nous suivrons de prêt les avancés de l’A-CFN que les D&IM ne doivent plus ignorée.

Jean-Pierre BLANGER
Vice-président fi-D&IM
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Salon du Document Numérique

image image

 

Le SDN (Salon du Document Numérique) prend place au sein des Salons Solution 2011. Il se tient des 4 au 6 octobre 2011 au CNIT – Paris La Défense

Le président de l’organisation des conférences du Salon: Jean-Pierre BLANGER, invite tous les D&IM aux tables rondes spécialement préparées pour eux.

Mercredi 5 Octobre 2011 – 14h30 à15h30
SDN2 – Dématérialisation des flux documentaires
Le numérique progresse dans l’entreprise et la société à des rythmes différents.
Points de difficulté et avancées en solutions et services.
Intervenants à la table ronde:
. Sakarah – Vincent Dreux – Dématérialisation totale (Entreprise à Entreprise)
. Digiposte – Eric Baudrillard – Relation de l’individu à la dématérialisation (Entreprise et le Citoyen)
. Elit Technologies – Xavier Bruns – Dématérialisation du poste de travail (Entreprise)
. CIMAIL – Mathias Dievart – Dématérialisation des documents RH (Individu à Entreprise)
Animateur:  Pierre Fuzeau – Serda

Mardi 4 Octobre 2011 – 14h30 à 15h30
SDN3 – Gouvernance documentaire
Comment piloter la progression du numérique par la maîtrise des organisations, des technologies et des hommes ?
Intervenants à la table ronde
Hub2b – M. Blot-Lefèvre – Relation des individu à l’usage du document numérique
Ricoh – Jean-Pierre Blanger – La fonction D&IM
Consultant – Alexis Blum – Les métiers du numérique
Activ’Way – Eric Mimoz – Accompagnement au changement
Animateur: JL de La Salle (JLS) – Aurea

Mercredi 5 Octobre 2011 – 9h30 à 10h30
SDN4 – Intelligence des flux Gérez efficacement l’information numérique
Les bonnes pratiques pour la maîtrise du numérique.
Intervenants à la  table- onde
– JLB informatique – Bernard Olivier – Réseau sociaux, Wiki… au service de l’entreprise
– GB Concept – Patrick Dugue – Gestion documentaire et patrimoniale
– Novadys – Patrick Thaunay – Workflow et gestion de processus
– Novaxel – Eric Laduré – Mobilité et accès aux documents
Animateur: Jean-Pierre Blanger – Ricoh

Mercredi 5 Octobre 2011 – 16h30 à 17h30
SDN5 – L’Editique contrôlée par les contenu et impact développement durable – N’imprimez que le nécessaire et envoyez le reste en numérique
Coexistence entre le monde du papier et du numérique pour une communication de valeur.
Docapost – Arnaud de La Passardière –
Transpromo en service
Tessi – Eric Jamet – Impression multicanal en service
– Canon – Philippe Lazare – Disposer de son équipement d’impression
Consultant Gabriel BRES – XPlor – Comment prendre un projet d’éditique
Animateur: F. Gouverneur – Xerox – Xplor

Pour vous inscrire aux tables rondes, cliquez sur SDN2, SDN3, SDN4 ou SDN5.

Jean-Pierre BLANGER
Membre Aproged et Clusif
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Propos sur les SI Décisionnels

image

Quelle bonne idée de Michel Bruley que de réunir au sein d’un même ouvrage des articles publiés sur différents sites communautaires qui sont tous centrés sur les Systèmes d’Informations Décisionnels.
Le parcours de lecture nous conduits à découvrir les thématiques suivantes:

Chapitre 1 – Infocentre et système d’information décisionnel
Chapitre 2 – Système d’information décisionnel : à quoi cela sert-il ?
Chapitre 3 – Système décisionnel et fonction marketing
Chapitre 4 – Apports d’un SID aux diverses fonctions
Chapitre 5 – Management du Système d’Information Décisionnel
Chapitre 6 – Cas remarquables

Les D&IM trouveront dans ce livre une source d’inspiration de grande valeur. Ils pourront découvrir méthodes et bonnes pratiques appliquées au données et applicables au documents.
Bonne lecture en cliquant ici

Jean-Pierre BLANGER
Membre Aproged et Clusif
Directeur R&D et des Offres de Services Ricoh

Canon Expo à Paris

Canon-Expo

Canon  Canon Expo s’est arrêtée à Paris du 12 au 14 Octobre dernier, après New York et avant l’Asie.

Tous les 5 ans
Cet événement se tient tous les 5 ans et est assez important en taille, occupant une halle entière à La Villette (Paris 20è).
Il y a de bonnes raisons pour ce planning quinquennal. La plus importante est de montrer au marché des produits et technologies qui pourraient sortir dans les 5 ans. C’est une bonne durée car les produits de l’année prochaine et de l’année suivante sont déjà au stade du dessin et du prototype voire de la pré-production. Pour dans 5 ans, il y a encore des changements et des adaptations que le fabricant peut réaliser et faire un teste grandeur nature auprès des meilleurs clients est très important.

Une gamme très large
Canon veut s’assurer que les visiteurs repartent avec une bonne idée de l’étendue du portefeuille produits. La simple taille de l’événement fait déjà passer le message. Si vous demandiez à Mr Dupont dans la rue ce que représente Canon, il est probable qu’il vous réponde appareil photo et photocopieur. Mais il n’est pas certain qu’il aille beaucoup plus loin.
En fait Canon se présente comme TOUT pour l’image avec trois étapes principales. L’entreprise fournit des technologies qui « capturent », qui « transforment » et qui  « restituent »:
« La Capture » est présentée au travers de l’exposition par des démonstrations spectaculaires. Il y a des capteurs puissants pour les images 3D, pour les images très haute définition, les images du corps humain, la vidéo, des scanners, etc. toute une série d’appareils hautement sophistiqués.
« La Transformation » est présentée au moyen de nombreux logiciels d’imagerie et de workflow. Leur démonstration est naturellement moins spectaculaire et la gamme n’est pas aussi large que dans la catégorie précédente. L’héritage « matériel » de Canon reste très présent car ce sont les racines de l’entreprise et cette phase démontre leurs capacités.
« La restitution » couvre les mondes électroniques et papier. Bien sûr un utilisateur peut restituer l’image électroniquement grâce aux lignes de produits tel que écrans et projecteurs. De plus la gamme d’impression est très large. Les démonstrations utilisent de nouvelles formulation d’encre qui s’éloignent des toners traditionnels.

OCE Une vraie nouveauté est le fait que c’est le premier événement public important où Canon et Océ présentaient sous un toit unique. Océ fait désormais partie intégrante du portefeuille Canon de produits et de marques. L’intégration semble se poursuivre quoique ‘il reste des questions en suspens. 
Un sujet est bien sûr l’harmonisation des moteurs d’impression. Océ, quand il était indépendant, construisait et achetait des moteurs. Les contrats de fourniture ont rapidement changé en faveur des moteurs Canon qui sera le principal fournisseur des gammes Océ.
Pour le visiteur c’est moins évident en termes de logiciel. Canon a ses propres logiciels dans le domaine bureautique. Pour la gestion des parcs, il a un accord important avec Hewlett Packard. Toutefois la gamme est étroite dans le domaine de la Production C’est un domaine où Océ a un rôle à jouer et a des offres logicielles sérieuses soit en production propre soit achetées. Il sera intéressant de suivre les développements dans ce domaine.

Atteindre le haut de la chaîne de commandement
Enfin la plus grosse annonce dans une perspective du D&IM est que Canon a décidé, plus que jamais, de devenir un interlocuteur écouté de la DG et du Conseil des entreprises  Il est manifeste que Canon devra s’intéresser au D&IM.
Pour cela,
Canon utilise une baseline de communication qui s’appelle Managed Document Services (MDS) qui va plus loin que le Managed Print Services (MPS) en cours chez d’autres fabricants. Au delà des pages imprimées et des équipements nécessaires, Canon nous rappelle qu’ils apportent aussi les outils de l’image. Canon y attache beaucoup d’importance car les nouvelles méthodes de communication incluent de plus en plus d’images et de vidéo. Canon pense (et il n’est pas de D&IM qui les contredira) que les directions d’entreprise ne réalisent pas l’importance que Canon a comme fournisseur du fait de ce volume d’affaires plus important et des enjeux associés. Canon veut changer cela.  Pour progresser, Canon a donc signé une alliance avec Accenture qui fournira les moyens d’accéder au sommet des hiérarchies des organisations de par sa connaissance des bonnes méthodes et des bons sujets.

Canon se voit bien placé face à ses concurrents du fait des volumes d’affaires plus importants qu’il peut piloter de par sa maîtrise des deux technologies (papier et imagerie vidéo). Si l’on considère les quantités de vidéos postées sur YouTube ou Dailymotion chaque jour par les jeunes professionnels et les départements marketing, cela fait sens à long terme. Il y aura toutefois encore des barrières organisationnelles à franchir pour parvenir à cette maîtrise. C’est d’ailleurs tout l’enjeu du D&IM.

La preuve a été faite qu’il a été difficile d’adresser la Direction avec l’impression et le document du fait des organisations en silo. Plusieurs facteurs y ont contribué comme le manque de glamour, l’analyse business un peu insuffisante de l’industrie et les montants en jeu jugés trop faibles.
Il nous semble que l’incompréhension reste et pour deux raisons principales : le manque de lisibilité des enjeux et la complexité des réponses à apporter. Le groupe D&IM milite pour qu’existe cette fonction qui soit capable de comprendre le discours d’une entreprise telle que Canon et capable, et si cela correspond aux intérêts de l’entreprise, de mettre en œuvre ces méthodes soutenues par ces technologies.

Le monde avance et Canon aussi.
C’était l’objectif de la démonstration Canon Expo.
Rendez-vous en 2015 avec de nombreux D&IM… C’est demain !

Jean Louis de LA SALLE
Consultant
Vice-Président XPlor