Archives mensuelles : décembre 2011

60 secondes sur le Web

L’informaticien nous rapporte les représentations graphiques de ‘ce qui se passe sur le Web en 60 secondes’ tel que nous le dévoile la société Go-Gulf.com:60 Seconds - Things That Happen On Internet Every Sixty Seconds
Infographic by- Shanghai Web Designers

60 Seconds - Things That Happen Every Sixty Seconds
Infographic by- GO-Gulf.com Web Design Company

Voilà de quoi permettre à tous les D&IM de réfléchir à l’année 2012 en comprenant mieux l’influence du Web sur le quotidien de leur organisation.

Bonne année 2012

Jean-Pierre BLANGER
Membre Aproged – Membre CLUSIF
Directeur R&D et de Offres de Services Ricoh France

Publicités

ECM event organisé par le CXP

image Paris le 24 novembre 2011, le CXP a organisé son événement annuel ECM (Entreprise Content Management). Cette manifestation s’adresse exclusivement aux utilisateurs finaux.

Le sigle ECM est le vocable plus moderne adopté par l’industrie pour signifier une évolution depuis la GED ou GEIDE. La GED se caractérisait par une capacité à stocker, indexer, archiver les documents. Mais la vue était celle d’un gigantesque entrepôt bien organisé si la taxonomie avait été bien choisie.

L’ECM se veut une approche plus dynamique de la chose qui permette d’apprécier le caractère transitoire (mais essentiel) et changeant d’un document durant l’ensemble de son cycle de vie (ensemble allant de sa création, de ses diverses modifications et de sa validation) et non plus seulement quand il serait rangé, une fois définitif. L’ECM mord donc largement sur le monde du Workflow et s’intéresse activement aux processus de l’entreprise.

En tant que fondateur de la fi-D&IM, quelle ne fut pas mon plaisir d’entendre dans la bouche de l’expert principal (d’origine allemande et que nous ne connaissions pas au préalable) dire  » Le problème N°1  de l’ECM est l’absence de véritable interlocuteur qui permette l’assemblage cohérent entre les métiers (le contenu) et l’informatique (le support) »………. Nous ne l’aurions pas mieux dit.

Il a été rappelé les nombreuses études que 80% des données de l’entreprise se situent en dehors de l’ERP. Puis que les fabricants/éditeurs proposent des solutions technologiques performantes pour résoudre ce problème; ces publicités ne vous auront pas échappé.

L’orateur a alors apporté une nuance de taille: Une solution d’ECM n’est pas une solution ERP et on ne peut pas prétendre simplement verser les données « informationnelles et documentaires » dans l’ERP qui n’a pas les capacités à les traiter. Toutes les tentatives autour de cela s’étant soldées par un échec. 

Mais derrière cette réalité technique, il a précisé que c’était affaire d’organisation de l’entreprise et que le « centre de gravité » de l’entreprise n’était pas équilibré.  En fait l’ERP est le domaine de la DSI et l’ECM est celui du D&IM afin de trouver cet équilibre nécessaire à l’organisation.

Nous ne pouvons qu’être d’accord puisque nous redisons régulièrement que ce ne sont pas les technologies qui sont à la peine, ce sont les organisations qui n’arrivent pas à les absorber efficacement et utilement.

Plus tactiquement, il a ensuite évoqué le chemin du succès et que au vu de son expérience, il importait de définir les processus  puis d’adresser les problèmes au travers du mode projet. Ce mode, à l’opposé du big bang, permet des succès rapides (qui valident l’idée générale de structurer les processus documentaires)  et apporte les gains financiers, la lisibilité au travers du reporting, la traçabilité et la productivité. Il a cité un cas client qui avait identifié 28 processus non maîtrisés, tous en dehors de l’ERP qui avaient été ramenés sous contrôle. Une belle leçon de pragmatisme.

Je clos ce billet par une citation entendue sur ce forum: “S’il n’y a pas document, il n’y a pas de processus…”

Jean-Louis De La Salle
Consultant
Vice-Président XPlor

BIM ami du D&IM ou D&IM…

Burj_Dubai Le BIM, un ami du D&IM ou en fonction des projets un D&IM ? C’est la question que nous allons nous poser mais auparavant qu’est-ce qu’un BIM au juste ?

Le BIM c’est le Building Information Modeling ou Building Information Model  (Modèle d’information unique du bâtiment). Il s’agit du processus de production et de gestion des données et documents de construction tout au long de la conception d’un bâtiment.

Le BIM constitue un référentiel unique et commun à tous les corps de métier. Pendant la construction, les D&I circulent mieux et de façon plus fiable. Ensuite, la modélisation numérique ainsi constituée facilite la gestion du cycle de vie du bâtiment pour son exploitation au quotidien ainsi que sa maintenance lorsque nécessaire.

Le référentiel doit dès lors être soumis au regard d’un professionnel des D&I, un BIM Manager ou un Building Information Manager… que le D&IM conseille lorsque le projet est de taille réduite mais que le D&IM pilote directement pour les grands ouvrages étant donnés les enjeux et les risques.

C’est une bonne nouvelle, les métiers prennent conscience  de l’importance du déploiement d’une réelle politique documentaire. Aujourd’hui c’est encore au niveau opérationnel que les choses se passent mais demain, on peut penser que les directions générales agiront aussi en conscience pour généraliser les D&IM.

Jean-Pierre BLANGER
Membre Aproged – Membre CLUSIF
Directeur R&D et de Offres de Services Ricoh France

Hadopi dans l’entreprise

La loi ne concerne pas que les ados en quête de musiques gratuites.
Trois photos piquées sur le web par un salarié, suffisent à interdire l’entreprise d’accéder à l’Internet !

Hadopi

HADOPI fait l’obligation à tout titulaire d’un accès à un service de communication en ligne, « de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l’objet d’une utilisation à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d’œuvres ou d’objets protégés par un droit d’auteur ou par un droit voisin ». Au terme de l’article L.331-25 du CPI, trois infractions suffisent à faire encourir l’entreprise la peine de suspension de son accès à l’Internet (L.335-7-1).

Le cas concerne ainsi, précise Maître Christophe Alleaume dans Le Journal du Management Juridique et Réglementaire N°27, P11, le téléchargement illicite d’œuvres, par trois fois répété, par un salarié sur son lieu de travail.

S’il est concevable que la gravité de l’infraction  puisse être mise en balance avec le caractère négligent ou pas, de l’employeur, le D&IM aura bien à l’esprit que l’utilisation abusive d’actifs tels les inventions, les articles de presse, les productions audiovisuelles ou de simples images piquées sur le web, fut-ce pour enjoliver un jeu de diapositives, est de nature à engager gravement et durablement le fonctionnement de l’entreprise.

Philippe BLOT-LEFEVRE
Coaching et Gestion du droit d’usage des informations

Le besoin d’architectes de l’information

image Dans une vidéo “You Tube”, Jean-Michel Salaün, chercheur au Colligium de Lyon (IEA) et professeur à l’Université de Montréal, propose une théorie du document qu’il illustre concrètement en expliquant les succès d’Apple, Google et Facebook.

Il nous livre un point de vue éclairé que nous résumons ci-après en quelques mots.
“Le document est un objet, matériel ou électronique, sur lequel est consigné de l’information… Un Record en anglais. Pour autant Forme et contenu ne suffisent pas à définir un document qui doit avoir un statut, une fonction: Transmettre et Prouver.
Roger Pédauque (un collectif de chercheurs) a proposé de représenter le document sous trois dimensions: Forme, Contenu, Medium; ce que Jean-Michel Salaün résume par trois participes passés: Le Vu, le Lu et le Su.
Vu: Le document est repérable par sa forme;
Lu: Le document doit pouvoir être compris par l’interprétation du cerveau;
Su: Le document est partagé et fait partie de la mémoire collective.
Ces trois dimensions sont inter-dépendantes et offrent une Grille d’analyse tridimensionnelle des entreprises du Web.”

Nous vous laissons consulter la vidéo pour en savoir plus.
Les D&IM ne doivent absolument pas manquer cet éclairage expert, relatif au Document, proposé par Jean-Michel Salaün.

Jean-Louis De La Salle
Consultant
Vice-Président XPlor